Arrêt du trading pour compte propre après 9 ans de gains en bourse

- 18 commentaires
Après 9 années consécutives de gains en bourse cf. suivi, j'ai décidé d'arrêter / ralentir fortement la négociation en bourse pour compte propre pour une durée indéterminée car je souhaite m'attaquer à d'autres projets. J'évoquais justement cette possibilité d'arrêter après avoir gagné en répondant à Mol.
J'avais déjà commencé à faire une pause vers la fin de l'année 2010, pour réfléchir, et justement j'ai réfléchi et fait mon choix.
Je vais dans cet article vous détailler les raisons de mon arrêt de la bourse.
1) Un arrêt de l'activité avec un bilan largement positif :
- mes 9 dernières années sont toutes positives
- mes 62 derniers mois consécutifs postés et tradés sont tous positifs (cf. mon suivi mois après mois, sur ces 62 derniers mois, septembre 2005 à octobre 2010)
- je n'ai eu aucun mois rouge dernièrement, ni même de moins-value récente
Actuellement je n'ai pas de boulot, et pas de droits à une quelconque aide que ce soit, en effet je suis "trop riche" pour cela du fait de mon niveau d'épargne et des intérêts que je perçois, donc je n'ai droit à rien, à part payer des taxes sociales sur mes intérêts (CSG Contribution Sociale Généralisée, CRDS Contribution Remboursement Dette Sociale, taxe pour financer les gens au RMI/RSA etc ...).
Cela peut ressembler à ma situation de début 2001, où je n'avais plus de boulot et je ne touchais rien, sauf que ma situation n'est pas vraiment la même :
- Début 2001 j'avais arrêté la bourse parce que j'étais ruiné et je risquais l'interdit bancaire (plus de revenu, environ 2000 euros à la banque et 13 000 euros de dettes à rembourser, soit un "patrimoine" négatif d'environ -11 000 euros), c'était donc un arrêt "forcé", je vivais sur mes dettes et cela ne pouvait pas continuer. Je n'avais pas à proprement parler de capital à gérer, et je ne risquais pas de me questionner sur des opportunités nécessitant du capital.
- Début 2011, je ne suis plus du tout endetté, au contraire, je touche des intérêts, je suis donc créditeur plutôt que débiteur, je pourrais très bien continuer à gérer mon capital en bourse, j'ai tout à fait le capital pour le faire (j'ai réussi à gagner et progresser avec bien moins que ça) puisque je suis actuellement à mon plus haut absolu tous comptes confondus (j'ai environ 184 500 euros), j'ai aussi le temps pour le faire puisque je n'ai pas de boulot (au sens pas employé, pas salarié) depuis plusieurs années, je n'ai juste pas envie de continuer sur cette voie, maintenant j'ai juste envie de faire d'autres choses.
J'ai environ 195 000 euros de + que par rapport à ma situation de début 2001, cela change donc pas mal la situation, puisque j'ai un capital à gérer et donc je peux réfléchir et comparer différentes opportunités pour le gérer, ainsi que le temps que cela pourrait prendre, les risques associés etc ...
Mes soucis ne sont donc plus les mêmes, actuellement mon souci est plus un souci de rendement et de placement qui me conviendrait dans la durée.
J'ai aussi du temps libre que je peux investir dans d'autres projets.
2) Pourquoi je tradais en bourse à mon compte ?
Avant d'en venir aux raisons de mon arrêt de la négociation en bourse pour compte propre, il est logique de savoir pourquoi j'étais venu trader en bourse, il y a eu plusieurs étapes :
a) au départ c'était pour essayer de me faire un complément de revenu en bourse face un boulot qui ne payait pas grand chose, ceci dans le but de m'acheter un jour un appartement, c'était donc la possibilité d'avoir un projet immobilier qui motivait cela.
b) après avoir perdu le peu que j'avais et m'être même endetté, la volonté de prendre sa vengeance, vouloir tout regagner m'a motivé et ne pas rester sur une perte m'a motivé, question d'ego mais aussi question d'opportunité fiscale car en regagnant par le boulot j'aurais été taxé sur ces revenus sans pouvoir déduire les pertes réalisées, tandis qu'en regagnant tout en bourse, je pouvais déduire intégralement les pertes et ne pas être taxé sur ces gains regagnés.
c) après avoir tout regagné en bourse et bien plus, j'ai voulu chercher du boulot mais je n'en ai pas trouvé, au mieux des missions pas très bien payées et précaires, là à ce moment-là (c'était vers la mi-2003) je continuais la bourse à défaut d'autre chose. Parce que je ne trouvais pas de boulot je continuais à négocier en bourse, cette longue phase a duré jusqu'à aujourd'hui, j'ai continué à gérer mon capital pour faire un surplus de rendement parce que je n'avais pas de boulot. Je n'ai certes toujours pas de boulot, mais le capital ayant grossi, en ayant du capital et du temps, je peux envisager d'autres choses et pourquoi pas investir dans de l'immobilier pour une rente "plus pépère" que du trading ou créer mon activité dans quelque chose qui me plairait davantage.
2) Les raisons de mon arrêt du trading à temps plein pour compte propre
Elles sont nombreuses mais voilà les principales :
- L'envie de passer à autre chose, cela fait plus de 10 ans que je fais de la bourse, que je suis des graphiques, des courbes, des news, que j'écoute BFM une bonne partie de la journée, que je suis des cours de bourse l'essentiel de la journée, cela m'a occupé une grande partie de la journée jusqu'ici, c'est assez répétitif et assez solitaire comme activité, toute la journée seul devant son écran. Au début c'était instructif mais ça l'est beaucoup moins pour moi maintenant, j'ai souvent trouvé que c'est cool d'être tranquille chez soi pour gagner de l'argent à domicile avec la bourse, cela a des avantages d'être son propre chef et d'être chez soi pour bosser pour soi, mais parfois cette activité donne l'impression d'être un extraterrestre socialement. Ce n'est d'ailleurs pas toujours bien vu comme activité.
- La fiscalité qui depuis mes débuts en bourse, a régulièrement augmenté sur les plus-values et intérêts perçus
- Le temps que ça prend, le fait que ça empêche de faire vraiment d'autres activités, car cela demande beaucoup de suivi, d'attention, et si on essaye de faire une activité qui demande de la concentration, c'est difficile, on est souvent coupé. Je dois donc comparer cette activité à d'autres activités que je pourrais envisager de faire par moi-même, en mobilisant temps et capital.
- Actuellement justement j'envisage un projet immobilier et d'éventuelles activités liées à ce projet, mais il me faut pouvoir y consacrer vraiment du temps pour le faire sérieusement, parce que ça va me demander du temps et aussi du capital, je verrais plus tard si je reprends la bourse d'une manière ou d'une autre, mais là il est clair que je ne peux pas tout faire à la fois, ce n'est pas possible, il faut que je fasse un choix.
Hors justement après réflexion, j'ai finalement fait mon choix ce matin ^^
Lors de ma pause par rapport à la bourse fin 2010, je voyais principalement 4 options possibles :
https://aribaut.com/pause-en-bourse-apres-9-ans-de-gains-en-bourse#pistes-de-placements
En procédant par élimination sur ce qui ne me tente pas :

Le choix numéro 1) de l'immobilier en France ne m'intéresse pas tant que ça en France, tant au niveau du climat, que de la fiscalité (qui grimpe perpétuellement) ou des prix, sauf opportunité exceptionnelle mais en regardant les petites annonces régulièrement, cela me semble devenu trop rare, très rarement intéressant.

Le choix numéro 3) investir sur des actions dites de "rendement", j'ai eu le temps d'y réfléchir, et si c'est pour passer 5 ou 10 ans en moins-value potentielle, en attendant qu'un beau jour je sois globalement positif sur l'opération, cela ne me tente guère de passer des années la tête sous l'eau à me demander de combien pourrait être la perte en cas de tel ou tel problème sur les dites actions.
J'ai pu constater que non seulement c'était tout à fait possible que le cas de figure de la moins-value potentielle prolongée se présente, mais qu'en plus cela pouvait arriver souvent (les exemples sont nombreux), cette incertitude totale sur la possibilité de revenir dans le positif n'est pas quelque chose qui m'attire, c'est d'ailleurs parce que j'aime le côté "acquis", la situation claire, nette et précise de savoir ce que j'ai gagné et ce qui m'est disponible à l'instant X que j'ai plutôt opté pour le trading court terme.

Le choix numéro 4) celui de trader encore plus avec de plus gros montants, prendre encore plus de risques en pariant tous les jours du 200/250kE sur les marchés financiers ou son "équivalent engagement" et payer encore plus de frais, ce choix ravirait certainement les brokers qui s'en frotteraient les mains, mais je ne sais pas si j'y trouverais mon compte au final, les seules certitudes que j'ai que ça me procurait :
- plus de frais que lorsque je trade avec une petite partie de mon capital en ayant une grande partie rémunérée
- plus de stress (normal en pariant tous les jours + que son capital, le tout sans autre source de revenus)
- moins d'intérêts "sûrs" perçus, donc encore plus à gagner en bourse pour compenser
- l'impossibilité d'utiliser ce capital pour autre chose qui pourrait peut-être être aussi rentable (de l'immobilier par exemple), on ne peut pas être partout à la fois
- l'obligation d'ouvrir un compte à l'étranger et d'y transférer l'essentiel de mon fric pour pouvoir trader sur de gros montants les futures et le forex (puisqu'à priori c'est le genre de support que je choisirais pour trader sur de plus gros montants) en ayant assez de marge. Hors justement mettre une grande partie de mon fric chez un broker à l'étranger ne me tente guère.
- le fait que ça si marche, en dehors du fait de payer plus de frais et que ça demande plus de temps et de stress que ce que je faisais jusqu'ici, je n'ai pas forcément tellement plus au final après impôts puisque cela me ferait grimper dans les tranches de l'IR (impôt sur le revenu) et me faire payer proportionnellement plus. En effet, il y a des cas de figures où en gagnant plus, au final après impôts, déductions en moins, on n'a pas plus au final. Par exemple en dépassant un seuil annuel, un abattement forfaitaire avantageux n'est plus applicable et le régime réel n'est pas avantageux quand on a peu de frais déductibles dans son activité. Je ne vais pas créer exprès des frais que je n'aurais pas autrement juste histoire de pouvoir déduire plus et moins taxer, non seulement c'est pas très légal mais c'est taxer davantage d'une façon ou d'une autre.

Vous l'aurez compris, c'est donc le choix numéro 2 qui me tente, cela comporte des risques bien sûr, d'ailleurs tout ce que je pourrais faire maintenant comporte des risques, mais il faut bien faire un choix entre les risques et possibilités qu'on a.
Ce choix comporte notamment les risques suivants :
Il y a les risques sur l'immobilier hors de France, les risques régionaux, les risques propres à l'immobilier, le risque de louper des opportunités en bourse qui pourraient être intéressantes dans l'année ou les années à venir.
3) Je garde cependant mon compte-titres Binck ouvert et je suis ouvert aux parrainages
Je fais ce choix, car on sait jamais ... je peux très bien décider de revenir en bourse dans 6 mois, dans un an si :
a) le marché actions offre des opportunités intéressantes temporaires (retour du cac 40 sous 3000 points voire moins, plongeon des indices US ...)
b) j'ai une nouvelle approche de trading qui est "scalable", rentable dans pas mal de cas de figures, et qui serait donc intéressante à essayer.
La page du parrainage binck bank si ça vous intéresse d'ouvrir un compte chez l'un des brokers français (ils ont des bureaux à Levallois, en France, je suis déjà allé les voir dans leurs locaux) les moins chers pour la bourse de paris :
https://aribaut.com/parrain-binck-bank-parrainage-binckbank-broker-pas-cher

Ce n'est donc pas forcément un "adieu" définitif à la bourse, mais un arrêt nécessaire pour mener à bien d'autres projets que j'ai envie de tenter.

Pierre Aribaut - Zetrader

18 commentaires

Fil RSS des commentaires de cet article

Écrire un commentaire

Quelle est la dernière lettre du mot xi8d6 ?